Le renforcement musculaire chez l’enfant et l’adolescent sportif

Un enfant peut-il effectuer la musculation en toute sécurité?
L’évolution du sport moderne, aussi bien en terme de technicité que de préparation athlétique, a entrainé inévitablement une prise en charge spécifique de plus en plus précoce chez les jeunes sportifs en terme de préparation physique.
Ceci est vécu au quotidien au sein des classes sportives, centres de pré-formation régionaux et centres de formation.

Rappelons avant tout que l’élément charnière incontournable chez l’enfant sportif est le pic de croissance. En effet, cette période délicate est corrélée à la présence de cartilages de conjugaison qui, si les sollicitations sont excessives, évoluent vers des pathologies dites de croissance. Celles-ci impliqueront alors un arrêt sportif plus ou moins long.
Cette période critique est variable selon les individus, souvent proche de 12 ans chez la fille et 14 ans chez le garçon.

Les règles générales:

Avant le pic de croissance:
La production naturelle d’hormones anabolisantes étant modeste à cet âge là, il est illusoire de rechercher une musculature semblable à celle de l’adulte.
Le gain de force peut être réalisable, pas l’hypertrophie musculaire.
La musculation devra être réalisée sous forme d’exercices ludiques (ateliers avec obstacles par exemple), en privilégiant la vitesse d’exécution et non la charge, le poids du corps de l’enfant pouvant être alors utilisé pour doser les exercices (réalisés en décharge). Ces séances de renforcement seront couplées à des exercices de proprioception et de coordination.

Pendant le pic de croissance:
Cette période charnière nécessitera une vigilance accrue et une surveillance de la part des personnels encadrants, selon les mêmes règles pré-citées. La progressivité est de mise et celle-ci ne sera possible que si la tolérance est bonne et si la technique a bien été acquise par l’adolescent.
Une version allégée sera proposée aux adolescents en surcharge pondérale.

Après le pic de croissance:
Le ralentissement de la croissance et le statut hormonal permettront le développement de la force et l’hypertrophie musuclaire. Les charges pourront progressivement être augmentées, à raison de 2 fois par semaine en moyenne maximum en se contentant d’une à deux séries par groupe musculaire et un maximum de 8 exercices par séance de musculation.
Autours de 17 – 18 ans, si la technique a bien été intégrée par le sportif, les séances peuvent être comparables à celles de l’adulte.

Quels sont les risques?
Les pathologies des cartilages de croissance par sollicitations excessives (en terme de volume ou d’intensité) ou mauvaise technique, les douleurs musculaires post-effort (D.O.M.S.) par mauvais dosage et pas assez de récupération entre les séances.

Quels sont les avantages?
L’amélioration de la performance, la prévention des blessures par ré-équilibrage musculaire et par augmentation globale de la résistance aux contraintes liées au sport.

Quelles conditions idéales de pratique?
L’apprentissage avec l’aide d’une éducateur formé et raisonnable.

En conclusion, la musculation est un bon complément dans le cadre d’une préparation physique. Pour ne pas nuire à la santé, elle doit être maitrisée techniquement et surtout très progressive.

Auteur : Gilles Testou

Dr Gilles TESTOU
Diplômé de la Faculté de Médecine de Marseille
Capacité d’aide médicale urgente (Nice)
Capacité de Médecine et Biologie du Sport (Marseille – Montpellier)
Diplôme universitaire de nutrition du sportif (Paris)
Diplôme inter-universitaire de physiopathologie de l’exercice (Paris – Montpellier – Strasbourg)
Diplôme inter-universitaire en échographie de l’appareil locomoteur (Paris – Nîmes)
Médecin fédéral plongée et basket-ball
Médecin de Pôles espoirs football et judo
Médecin de club de volley-ball professionnel
Médecin de club de football professionnel pendant 20 saisons